posts dans la catégorie 'Coeur en Miettes'


Le remède au mal consiste parfois à oublier le mal et à oublier le remède. Baltasar Gracian Y Morales

Le remède au mal consiste parfois à oublier le mal et à oublier le remède. Baltasar Gracian Y Morales dans Coeur en Miettes avatar5-10ebc72Ces quelques jours de vacances m’ont permis de m’évader, d’oublier et même de bronzer :) Accomplir se que je souhaitais depuis quelques mois n’a pas été facile. Surtout au début. Je suis partie là où je l’ai connu. La sensation de revivre en quelque sorte se qui s’était passé, en regardant n’importe quoi, était assez désagréable au début. Puis, elle a disparu. J’ai l’impression que la haine est partie avec. Ceci n’est peut-être qu’une sensation, une impression, mais pendant ces quelques jours j’ai eu cette occasion de revivre, de me sentir libre et heureuse. Roger Martin du Gard a écrit « La vie serait impossible si l’on se souvenait, le tout est de choisir ce qu’on doit oublier. » Moi j’ai choisis. J’ai choisis de l’oublier, de tout effacer. Tout effacer pour recommencer. Recommencer à vivre, à me sentir libre. Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas eu cette sensation de liberté. Rendre des comptes à personne est tellement profitable. Plus aucune question, plus d’interrogatoire ! Quelle liberté ! Certaines personnes disent qu’oublier quelqu’un c’est en quelque sorte y penser. D’ailleurs, Jean de La Bruyère l’a écrit « Vouloir oublier quelqu’un, c’est y penser. » Ceci n’est peut-être qu’une étape. J’espère l’avoir franchi, je le pense du moins. On verra. Le principal est que je me sente heureuse comme ça. Que je me sente heureuse en ce moment. Que je me sente heureuse qu’importe ma façon de chercher mon bonheur. Et si je dois penser pour oublier, pour trouver ce bonheur, trouver mon bonheur, et bien je le ferai.

Pour changer de sujet, j’ai regardé mardi dernier le grand hommage à Michael Jackson. Vraiment magnifique, à la hauteur de son talent. Même si je n’appréciais pas l’humain, j’appréciais et je continue à apprécier sa musique. Ce moment était presque émouvant. C’était son dernier concert. Un dernier concert à guichet fermé.

« Je pensais que les vacances me videraient la tête. Mais non, les vacances, ça ne vide qu’une chose : le porte-monnaie. » Jean-Philippe Blondel

Quoi de meilleur que des vacances pour faire le vide ? Quoi de meilleur que le soleil, une piscine et la famille pour s’évader un peu ? S’évader le temps d’une dizaine de jours, loin d’ici, loin des soucis quotidiens. Loin de cette routine. Comme vous l’aurez surement compris, je pars quelques jours en vacances. Je n’aurai accès à aucune connexion Internet, il n’y aura donc aucune mise à jour pendant ce temps. Je tenais quand même à vous remercier pour la sympathie que vous apportez à mes posts, à ma vie, certes très ordinaire et pas intéressante. Mais, vous remerciez aussi pour la sympathie que vous apportez ici. Merci des commentaires. Merci beaucoup. Une fois revenue, je repartirai quelques jours plus tard, en direction de la Bretagne. La petite pause chez moi me laissera tout de même le temps de vous donner de mes nouvelles. Ensuite, on ne se retrouvera pas avant début Août. J’espère qu’en mon absence vous continuerez à venir commenter. N’oubliez pas de me donner votre avis, vos conseils qui ne sont pas annodins, au contraire, ils me sont très bénéfiques. Bien entendu, ces vacances vont me permettre de faire le tri, de faire le vide. Elles vont me permettre de reprendre confiance en moi et surtout de refaire confiance aux gens qui le mérite, qui l’on toujours mérités. Ces petites excapades vont me permettre d’oublier, c’est tout se que j’attends. Charles Horton Cooley a écrit « S’éloigner de son lieu de travail permet, en un sens, de s’éloigner de soi même ; et c’est souvent le principal avantage de voyager. » C’est vrai, il y a des avantages à tout. M’éloigner d’ici quelques temps va m’aider à pardonner, arrêter d’haïr en silence. Les gens ne se rendent pas tous compte que la haine est lourde à porter. Très lourde. En effet, je crois que c’est elle qui détruis le plus, au fur et à mesure. En espérant profiter de ce repos, oublier mes problèmes amoureux, mes soucis quotidiens, je vous souhaite à vous tous d’excellentes vacances. Profitez en bien ! Pour ceux qui ne sont pas encore « touristes » ou qui ne le seront pas cette année, je ne vous oublie pas. Profitez du beau temps ! Et pour tout le monde, profitez de Secret Story ce soir ! « C’est tout pour le moment. » :)

« Il nous est ordonné de pardonner à nos ennemis, mais il n’est écrit nulle part que nous devons pardonner à nos amis. » Cosme de Médicis

Je ne sais pas comment expliquer tout ça, mais le fait d’écrire m’aide. J’ai compris que pour avancer, pour me relever, il faillait que je pardonne. Pardonner, oui. Oublier, c’est impossible. Honoré de Balzac a écrit « On peut pardonner, mais oublier, c’est impossible. » C’est vrai. Comment pardonner l’impardonnable ? J’ignore si ce mot est celui approprié maintenant. En attendant, je sais ce qu’il me reste à faire. Cesser d’haïr, pardonner en silence pour « recommencer » à vivre. De plus, Anatole France a dit « Il faut se pardonner beaucoup à soi-même pour s’habituer à pardonner beaucoup à autrui. » Il va falloir également que j’arrive à me pardonner à moi-même. Me pardonner de m’être tromper. De m’être tromper sur celui que j’aimais. Avoir cru amoureusement à tout se qu’il pouvait me dire. Me rendre compte que je me suis plantée sur toute la ligne, tout cela fait mal. Très mal. Mais là, maintenant, il faut vraiment que je pense à moi. Ressasser n’est pas une pas une bonne chose, bien au contraire. Il est vrai que je pense très souvent à lui, mais pour le moment, toutes ces pensées ne restent q’un trop plein de haine. Je pense être sur la bonne voie, il ne me reste plus qu’à appliquer tout ceci. Je sais d’avance que tout ça ne va pas être simple, loin d’être simple. Le sujet est clos, en espérant que tout s’arrange, mais j’y crois. J’espère continuer à croire. A croire qu’avec le temps tout s’arrangera. Je vais laisser le temps au temps, arrêter de penser au passé et y croire. Y croire fort. Stuart Chase a écrit « Pour ceux qui croient, aucune preuve n’est nécessaire. Pour ceux qui ne croient pas, aucune preuve n’est possible. » Alors à quoi bon attendre que quelqu’un me prouve que rayer le passé est possible ? Il faut que j’apprenne seule. Que j’apprenne pour grandir. C’est avec toutes sortes d’expériences que la maturité s’aquiert, et alors ? J’ai essayé pendant des mois de faire bonne figure, de montrer que tout allait bien, alors qu’à l’intérieur tout allait mal. J’aurais dû comprendre plus tôt que cette expérience me serait bénéfique pour la suite. Pour ma suite. Pour finir, George Bernard Shaw a écrit « Il n’y a pas de secret mieux gardé, que ceux que tout le monde devine. » C’est confirmé. Je me suis affaiblie. J’ai pourtant essayé par le meilleur de moi-même de cacher à quel point je pouvais souffrir. A quoi bon ? Ce genre de chose, ça se sent…

Dernière chose, ma Maman est sortie de l’hôpital, les médecins ont conclu que son malaise était dû à la très forte chaleur de ces derniers jours. A penser qu’il n’y avait plus assez d’ambiance à la maison en ce moment :D

jo-1072fd2 dans En ce Moment :)Sinon, votez Jonathan ! Aïe, j’ai honte de crier ça ! x) Mais au fond j’aime toujours autant la bêtise de cette émission, et au delà de tout ça, c’est le genre de chose que je suis capable de comprendre en un rien de temps. On pourrais presque dire que j’arrive facilement à m’abaisser à l’idiotie du monde :)

« Aie confiance en toi-même, et tu sauras vivre. » Johann Wolfgang von Goethe

Avec toute cette hypocrisie, j’arrive à remettre en question la sincérité des autres, et encore plus grave, celle de mes proches. Je continue de me détruire. Pas par la tristesse de l’avoir perdu, mais par cette sorte d’appréhension et de dégoût. J’appréhende vraiment le futur, ce futur que je vais devoir reconstuire. J’ai du mal à encaisser cette trahison, et à cause de ça, je suis entrain de perdre toute confiance en moi. Il me dégoûte. Tous nos projets sont vides de sens. Mais quels projets ? Il n’y a plus rien, tout ça a disparu. Je n’ai plus de futur, plus aucuns projets. Et par dessus tout ça, je perds tout ce que j’avais gagné auparavant; à commencer par la confiance que je pouvais donner aux gens, et surtout, celle que j’avais en moi. C’est fou comme tout peut basculer en si peu de temps, en si peu de choses. Je referai surface. Je le sais. Je le sens. Mais là je n’ai pas la force. Je n’ai plus cette force. Un proverbe arabe dit « C’est de la confiance que naît la trahison. » Je suis d’accord. A partir de maintenant, je ne donnerai plus cette confiance, plus aussi facilement qu’antérieurement. On dit que ce sont des déceptions que naissent les leçons, j’en suis sûre aujourd’hui. Tout ceci est difficile à surmonter. Une chose est certaine, cette histoire m’aura faite grandir. C’est avec ces déceptions que l’expérience s’acquiert. J’espère.

« L’amour n’efface rien, ne retranche rien, ne tue rien, il dissimule, l’amour est un hypocrite voilà tout. » Jean Basile

Je n’ai pas trop le moral en ce moment, je ne sais pas si c’est en rapport avec ce qui s’est passé hier, mais je me sens rongée et détruite de l’intérieur. J’ai beau me dire qu’il faut que je l’oublie, qu’il faut que j’arrête d’y penser, mais rien n’y fait, je n’y arrive pas. J’ai comme un besoin inexplicable et continuel d’en parler, d’y penser, comme pour le sentir présent en moi. Je regrette de m’être acharnée pendant huit mois. Je regrette, mais au fond, je ne veux pas oublier ce temps révolu, je ne peux pas, je n’y arrive pas. Je ne trouve même pas d’explication fiable, aucune raison ne me vient à l’esprit pour expliquer tout ça. Je l’ai aimé, à ça oui. Mais maintenant, qu’est-ce ? De l’amour haineux, de l’amour malsain ? Bouddha a écrit « Puisque la haine ne cessera jamais avec la haine, la haine cessera avec l’amour. » Voilà la clé, tourner la page. Mais c’est étonnant, après toute cette histoire, je n’en ai pas envie, je ne m’en sens pas capable. Si je me trompais encore une fois ? Ce futur me fait vraiment peur, j’ai peur de ne plus arriver à aimer comme avant, j’ai peur de ne plus pouvoir aimer comme je l’ai aimé. Je ne voyais qu’en lui, je lui aurait tout donné, à croire que l’amour rend aveugle. Et d’abord, réapprendre à aimer dans quel but ? Dans le but de me détruire à nouveau ? De me détruire comme je suis entrain de me détruire ? Pour finir, William Shakespeare a écrit « Si quelqu’un n’est plus ton ami, c’est qu’il ne l’a jamais été. » Voilà se qui me fais le plus de mal, je m’étais voilée la face, j’avais tout idéalisé à ma façon, et ça sans m’apercevoir de la réalité, sans m’apercevoir qu’avant de l’aimer, nous n’avions jamais été ami, pas réellement du moins. Je lui ai confié ma vie, il m’a confié la sienne. Et après ? Rien.

12

bleusalame |
Ma vie sans toi |
A Toi Mon Coeur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue dans mon monde
| Jenesaisrienmaisjediraistout
| Mes aventures (extra)ordina...